ND de la Salette  -  PARIS

 

LE SANCTUAIRE

Retour Page d'accueil

  La paroisse et le quartier
 
 

 

 

La vocation de Maurice Maignen qui avait promis de tout quitter en 1846 et qui se rend pour une retraite à Chartres ( où il est rejoint par Clément Myionnet ), se manifeste au moment même où Notre-Dame apparaît sur la montagne de La Salette.

C’est pourquoi une telle coïncidence entre leurs aspirations et ce signe leur inspire une dévotion particulière pour Notre-Dame de La Salette.

La guérison de trois orphelins ( 1852 et 1855 ) incita M. Le Prévost à témoigner à la Sainte Vierge sa reconnaissance. L’idée de lui élever un modeste sanctuaire se présenta à son esprit mais l’argent manquait.

M. Le Prévost se tourna une fois de plus vers la Sainte Vierge. Bientôt, des dons affluèrent et la somme nécessaire fut réunie pour permettre l’acquisition du terrain nécessaire .

La construction de la chapelle « Notre-Dame Réconciliatrice de La Salette » fut menée à bien le 18 septembre 1858. Le lendemain, on célébra à Paris pour la première fois l’anniversaire de l’apparition de la Très Sainte Vierge à La Salette.

Parmi les pèlerins de La Salette du Haut-Vaugirard, signalons Maximin Giraud et Mélanie Calvat auprès desquels la Vierge est apparue, St Léonardo Murialdo, St Pierre-Julien Eymard, Mgr Gay, Mgr d’Hulst, Léon Bloy, Jean Guitton, Mgr Roncalli..

Le sanctuaire abrite des souvenirs précieux : une pierre d’autel extraite de la sainte Montagne, des reliques insignes du saint Curé d’Ars, le corps du Père H. Planchat, le cœur et le corps du vénéré Père Le Prévost, le coeur de Clément Myionnet, le cœur de Maurice Maignen.